Il y a quelques temps de ça, nous nous sommes retrouvés du côté de l' Italie Adriatique, plus précisément près de Ravenna. Je n'avais que vaguement entendu parler de cette petite ville, mal reconnue au niveau de son passé, qui pourtant fut grandiose. 

Il est vrai qu'en arrivant dans cette bourgade, les grues, les docks du port et l' aspect industriel que l'on découvre nous interroge sur le bien-fondé de notre visite.

Puis nous apprenons que sous l' Antiquité, s'y trouvait non loin, la base de la flotte romaine de la Méditérranée orientale; rien que ça!

Capitale de l' Empire Ottoman entre le Vème et le VIIIème siècle; puis de l' Empire ostrogoth sous Théodoric de 493 à 526; elle assit sa renommée en tant que capitale des territoires byzantins d'Italie, et ce, jusqu'en 751.

Donc niveau passé, Ravenna n'a rien à envier à ses grandes soeurs voisines. 

154

Ce qui me surprend est que, s'il est clair que la ville en elle-même a fortement décliné, ses monuments ont su garder toute leur richesse et toute leur splendeur. Rien qu'en allant acheter les billets d'entrées, nous sommes déjà sous le charme.

155

 

Classée à l' Unesco en 1996 (bien tardivement), elle devance toutes les autres villes au monde orientales ou occidentales au niveau de la conservation de ses basiliques, baptistères et autres mausolées. Elle se trouve devant Rome, Jérusalem ainsi que Constantinople elles-mêmes.

La basilique de San Vital (San Vitale) est juste merveilleuse.  Cette église qui fut consacrée en 547 sous la coupe de l'empereur Justinien, possède à elle seule une incroyable richesse décorative associée à une grande complexité architecturale.

157

 

Nous levons les yeux dès l'entrée, et sommes bouches bées devant tant de beauté.  Des mosaïques aux représentations uniques au monde, des fresques sublimes d'anges voletant, des marbres polychromes travaillés comme de la marquèterie, tout y est somptueux. 

Les plafonds paraissent infiniment profonds tellement les décors sont ancrés dans les lieux. 

158

 Les fenêtres laissent entrer une douce lumière un peu étrange, apaisante, qui donne une certaine sérénité à l'endroit. 

163

 

175

 

176

166

 

Les chapiteaux ciselés sont parfaitement intégrés au reste des décors; tout s'emboîte à la perfection. On dirait que la basilique est sortie de terre tout d'un bloc, déjà bâtie, déjà ornée, déjà merveille...

162

170

171

 

179

La basilique fait partie des monuments les plus importants de l'art antique (paléochrétien) en Italie. 

Nous sommes bien obligés de sortir au bout d'un moment et nous faisons le tour de la basilique en direction du "mausoleo di Galla Placidia"

182

 

Une petite prise de vue sur madame mais de dos

 

197

 Brochette de colibris!

196

 

Grand bien nous prît de nous diriger vers cette petite construction qui ne paye pas de mine, et qui au final passerait presque inaperçue. (Je suis confuse je n'ai pas de photos de l'édifice en extérieur). 

Mais l'intérieur nous ravit, et ce sont les yeux écarquillés que nous mirons toutes ces mosaïques gréco-romaines, les plus anciennes de Ravenna, 

183

 

188

186

 Ce mausolée dut dédié à Galla Di Placidia qui était la fille de l'empereur d'Orient, Théodose; qui, bien qu' à l'origine de la construction n'y fut vraisemblablement pas enterrée.

192

 

C'est sous ces voûtes étoilées que nous déambulons à petits pas dans ce petit espace si chargé d'Histoire.

194

 

189

 

Ca ne paraît pas sur les photos mais l'intérieur très sombre apporte une atmosphère étrange et funèbre à l'endroit.

191

Notre petite visite se poursuit donc, nous retraversons les jardins et partons à l'assaut des autres joyaux que l'ont nous a contés.

198

 

Nous nous empressons d'aller visiter la "basilica di Sant'Apollinare Nuovo "

C'est accueillis par son campanile de 40 mètres que nous entrons à l'intérieur. 

225

 Cette basilique a été fondée à la fin du Vème siècle et convertie au culte catholique par l' évêque Agnello en 561. 

Jolie vue sur le campanile.

226

 

L'intérieur est magnifique; on ne s'en lasse pas.

227

La nef est superbe, aux murs fournis en mosaïques n'appartenant cependant  pas à la même époque puisque certaines datent de la première construction et d'autres de la transformation voulue par Agnello.

228

234

235

237

240

 Je n'ai pas grand chose à ajouter; les photos parlent d'elles - memes.

242

 

Nous voici à nouveau dehors, encore prêt à découvrir, mais le temps et l'espace va me manquer par ici...Il faut bien achever ce billet...

Le "battistero Neoniano" qui est le plus ancien monument de la ville. De forme octogonale comme plusieurs autres baptistères est dû au symbole des septs jours de la Création ajoutés à ceux ci, le huitième jour représentant la résurrection, la vie éternelle.

216

 

202

 

Ravenna est donc une ville à visiter absolument si vous passez par là. Bien sûr, je n'ai pas pu mettre ici tous les trésors que nous avons pu voir, et d'ailleurs, vu que nous y retournons dans quelques jours, je ne manquerai pas de venir vous parler à nouveau de ce petit coin de l'Italie qui mérite vraiment plus qu'un détour. 

 Je reviens donc, gardez le smile!