Juste avant les fêtes de Noël, Crunch et moi sommes partis roucouler amoureusement sous les tropiques Italiennes, j'ai  nommé la capitale de la Botte la plus célèbre du monde, Rome. 

Je ne vous refais pas le chapitre, hein, Rome, Roma est connue, reconnue, visitée, revisitée. J'y étais déjà allé il y a quelques temps avec mes Monstros, et c'est avec un plaisir non dissimulé que j' ai pris l'avion depuis Marseille. 

Nous logions près du Vatican; Saint Pierre la majestueuse nous sonnait les cloches à notre réveil.

Je commence donc par la visite du Vatican, où nous avons passé une bonne partie de la journée, tellement il y a à voir malgré ses petits 0,44 km2.

Nous voici en marge de la grande, que dis-je, gigantesque Piazza San Pietro. C'est au pape Alexandre VII qu'on la doit, qui aurait demandé à l'architecte Bernin de construire une place où tous les fidèles pourraient voir les bénédictions du pontife depuis le balcon de la basilique; tout ça en 1656.

Cependant, il fallait conserver l'obélisque de de Néron reposant là depuis 1586.

013

 

Six millions de personnes entrent sur cette place chaque année.

016

 

023

 

Bien sûr, le plus grand nombre de personnes venant lorsque le pape apparaît au balcon; tous les dimanches à midi - lorsqu'il est présent à Rome bien sûr.

017

La basilique Saint Pierre, basilica San Pietro dans la langue de César, a une histoire riche en rebondissement au niveau de sa construction à l'époque de Constantin, premier empereur Chrétien. Erigée au dessus de la tombe de l'apôtre Pierre, elle a subi moults transformations au fil des siècles..

025

 

Les architectes les plus célèbres se mesurent à coups de mètres et plans, pendant un demi-siècle, de Bramante en 1506 à Michel-Ange en 1547. Ce dernier décide de maintenir les plans d'origine et choisit celui en croix grecque au détriment de la croix latine

A son décès, en 1564, la coupole est à peine commencée; et sera terminée en 1590, avec finalement un plan en croix latine. Que Michel-Ange repose en paix, la plupart de ses consignes ont cependant été respectées.

094

 

058

 

L'intérieur est bien sûr plus que somptueux, nous ne sommes pas déçus d'y être entrés.

049

 

066

 

067

 

070

 

Le magnifique baldaquin de (Le) Bernin, coulé et moulé en bronze provenant du Panthéon, est très imposant du haut de ses 29 mètres.

051

 

Il se dresse en haut de l'autel pontifical et de la tombe de Saint Pierre. 

 

057

 

059

060

 

Crunch est sous le charme de ces mille et unes merveilles...

054

 

Nous décidons de monter à la coupole. Il est possible d'y monter à pieds, par les marches, ou en ascenseur. Mais en arrivant à la caisse, parce que seul cet accès est soumis à l'impôt du touriste, nous nous rendons compte qu'après être sortis de l' ascenseur, il reste encore beaucoup de marches à grimper. DOnc pas possible pour mon pauvre dos...

 

075

 

Nous ressortons donc, et je reste clouée sur place devant cette porte aux drôle de motifs symbolisant la mort et la torture...Je n'ai pas eu le temps de savoir ce qu'elle était, à mon grand regret...

 

074

 

Nous voici à la lumière du jour, paparazziant le gentil garde Suisse impassible, star discrète du Vatican.

 

077

 

Allez, nous avons quitté la place Saint Pierre, pour nous en aller visiter les musées de la petite cité. Il faut marcher un peu, faire tout le tour de Saint Pierre, mais nous y voici. Il est repété de prendre ses billets sur internet, afin d'éviter le longue, très longue file d'attente qui s'étire paisiblement dans la rue..

Je mets quelques photos, des divers musées traversés; il y en a 11 en tout, avec 5 galeries, et 1400 salles, c'est dire si on a l'occasion de flâner le nez en l'air.; évidemment nous n'avons pas tout fait. C'est beau, on ne sait pas où jeter nos mirettes tellement il y en a...

L'apothéose est bien sûr la Chapelle Sixtine, qui clôt le circuit touristique. L'entrée est bien encadrée, nous défilons petites grappes sur pattes aux appareils photo en bandoulière, mais qui (normalement) devront rester éteint car les photos sont interdites. Bon  beaucoup transgressent à la règle, et ont largement le temps de mitrailler avant de se faire rappeler à l'ordre par les vigiles. (D'ailleurs, toute la visite est accompagné des hurlements des gardes, qui crient à tous les visiteurs indélicats de ne pas prendre de photos.

Mais faite -moi confiance, elle est juste, heu, juste,..juste sans mots quoi...

096

112

 

La galerie des tapisseries est d'une richesse incroyable; avec des toiles extrêmement bien conservées pour certaines.

119

103 

Une toute petite partie des jardins de Vatican, qui ont l'air parfaitement entretenus. Au grand désespoir de mon Crunch de la Terre, nous n'avons pas eu le temps de les parcourir.

106

 

Une dernière photo sur le "duomo" de la basilique, la nuit tombe, il faut rentrer...

 

145

 

Cet escalier m'éclate, les marches vont en s'allongeant plus on monte..Bon là on descendait, donc elles rétrécissaient, vous avez tout compris!

147

 

L'apothéose de ce centre de la culture Antique est bien sûr la Chapelle Sixtine, qui clôt le circuit touristique. L'entrée est bien encadrée, nous défilons petites grappes sur pattes aux appareils photo en bandoulière, mais qui (normalement) devront rester éteint car les photos sont interdites. Bon  beaucoup transgressent à la règle, et ont largement le temps de mitrailler avant de se faire rappeler à l'ordre par les vigiles. (D'ailleurs, toute la visite est accompagné des hurlements des gardes, qui crient à tous les visiteurs indélicats de ne pas prendre de photos.

Mais faites -moi confiance, elle est juste, heu, juste,..juste sans mots quoi...

Je vous laisse par ici pour le moment; je m'excuse d'être si peu présente, j'ai beaucoup de demandes en attente, et de questions auxquelles je n'ai pas encore pris le temps de répondre, je m'y attelle bientôt, promis.