Dans un petit coin de la Vienne, du côté du Poitou se trouve un petit village; non pas peuplé d'irréductibles Gaulois, mais abritant plutôt une somptueuse abbaye classée au Patrimoine Mondial de l' Unesco pour les merveilles que ses plafonds abritent.

014

 Celle ci fût érigée sous Charlemagne au début du IX ème siècle. Sa date de naissance n'est pas connue, car "la charte de la fondation" de l'abbaye a été détruite pendant les guerres de religion en 1598.

D'après l' Histoire, ce serait deux frères qui se seraient retrouvés sur les berges de la Gartempe (une rivière française courant au travers de cinq départements). Savin et Cyprien furent martyrisés et c'est lors des retrouvailles des reliques liées à leurs morts qu' un clerc de Charlemagne, Badillus, décida d'y fonder l'abbaye. 

Vue depuis le haut de l'abbaye sur le pont de la Gartempe (qui fut saboté par les FFI (Forces françaises de l'intérieur) en 1944.

019

 Pendant trois cent ans, l'endroit fut très prospère. Mais La Guerre de Cent Ans lui causa beaucoup de torts et celle ci passa des mains des français, aux anglais, notamment du fameux Prince Noir, j'ai nommé Edward de Woodstock. 

L' abbaye connut plusieurs résurrections mais c'est en 1836 que Prosper Mérimée lui-même, deuxième inspecteur général des Monuments Historiques, entreprit de de la réparer pour de bon, mesurant enfin sa valeur. 

Après de longues années de batailles, l'église abbatiale pût être sauvée de la destruction (par les eaux et les hommes) en 1849.

Après une visite des étages avec une exposition sur l'histoire des moines ayant vécu par ici; nous voici dans l'abbaye elle même. 

L' intérieur est de superbe architecture et ornements. Les plafonds peints relatent LA Génèse et L' Exode toutes deux issues de L' Ancien Testament. 

028

 La fresque au plafond est somptueuse. Peinte à même le mur avec des couleurs naturelles dans les tons ocre jaune, ocre rouge et vert. Peu de bleu car les pigment de cette couleur étaient bien chers à l'époque. 

029

 Une grande partie est effacée, c'est fort dommage. Mais il en reste assez pour admirer le travail du fresquiste. Un film explicant l'histoire de ces murs nous est diffusé du côté de l'expo, et on comprend mieux comment ils ont pu faire, pour obtenir les couleurs, et tout le travail que ces merveilles ont demandé. 

Longue de 42 mètre à l'origine, 14 scènes ont disparu à l'heure d'aujourd'hui, malheureusement. Les murs latéraux, la nef, l'arche, le proche, et même la crypte étaient peints aussi à l' origine, mais il ne reste plus rien de cela.

030

 Ce n'est pas l'original, mais une reproduction prise en photo hors de l'abbaye. Cette photo est très connue, car la plus utilisée pour parler de cet art, ou de ces peintures tout simplement. 

Aurez vous reconnu Noé et son arche? 

021

 Le pirate présente le choeur de l'église, tout sourire comme d'habitude. 

036

033

 Je vous l'avait dit, c'est juste merveilleux pour les yeux. Les vitraux datent de 1873.

037

 Le plafond de l'entrée n'est pas en reste non plus. 

046

 Nous ressortons conquis. Un petit mot sur le double élevateur hydraulique que cache cette tour, initié par Félix Léon Edoux,  dés 1867, originaire de Saint Savin bien sûr.  Il a lui même baptisé sa trouvaille du nom toujours actuel de nos jours  : l''ascenseur. 

013

 L' abbaye de Saint Savin sur Gartempe a été surnommé "la Sixtine de l' époque romane" par André Malraux; et son nom n'est pas usurpé, croyez moi. 

Alors si vos pas se perdent un peu par là-bas dans le Poitou, n' hésitez pas à aller admirer ce chef-d'oeuvre d'une si lointaine Histoire, que nous avons la chance de pouvoir admirer en notre époque contemporaine.